LES SECRETS DU PARC DU RETIRO

​​​​​Le Retiro fait partie de ces lieux qui semblent empreints d’une certaine magie. Beaucoup plus qu’un parc, c’est un espace où l’on aime à se perdre, se détendre, se promener, fuir l’agitation de la grande ville qu’est Madrid. Situé à moins de cinq minutes à pied de la gare d’Atocha, où font halte les trains à grande vitesse de Renfe-SNCF en Coopération, le parc recèle des coins vraiment très beaux et agréables, bien souvent méconnus des visiteurs. Voulez-vous les découvrir ?

Le parc du Retiro, avec ses 120 hectares, est le plus grand parc de la capitale. C’est une zone de verdure placée juste au cœur de la ville et qui lui sert de poumon. Autour, on trouve les quartiers de Salamanca, Arganzuela et Moratalaz. 
L’origine du parc remonte au XVIIe siècle, lorsque le roi Philippe IV décida de construire le palais du Buen Retiro, un lieu d’amusement destiné à la Cour. Avec l’invasion française, en 1808, les jardins servirent de fortification et le palais fut détruit. Ce ne fut qu’en 1868 que la propriété du parc passa aux mains de la mairie qui le transforma en un jardin municipal ouvert au grand public. 
C’est l’un des meilleurs endroits pour se promener avec des enfants ou pour pratiquer le sport ou circuler en vélo, improviser un pique-nique avec les amis ou, tout simplement, lire. Le Retiro est un lieu paisible et tranquille qui nous invite à faire une pause, à pénétrer dans un paysage à la fois bucolique et fascinant. Si vous le visitez, n’oubliez pas de passer par ses lieux emblématiques que nous allons maintenant vous détailler. Vous allez être séduits !

​​​​

PALAIS DE CRISTAL



Palais de Cristal - Parc du Retiro

Construit en 1887 à l’occasion de l’Exposition des Philippines, le palais de Cristal a été conçu en tant que serre destinée à abriter des plantes exotiques. Cela dit, de nos jours, il sert à organiser des expositions d’art contemporain. Il est fait de fonte et de verre et mérite un détour tant le jour, lorsque les rayons du soleil filtrent à travers ses grandes baies vitrées, que la nuit, moment où il est éclairé d’une merveilleuse et douce lumière.


PARTERRE A LA FRANÇAISE

Il a été créé à la demande du roi Philippe V qui voulait un jardin à la française, typique de l’époque. C’est pour cette raison qu’en vous promenant dans cette zone du parc vous aurez l’impression d’être à Versailles. La promenade vaut le détour car on y trouve l’arbre le plus ancien de Madrid : un cyprès des marais mexicain vieux d’environ 400 ans, selon toute probabilité. À proximité il y a le bosquet du Souvenir, un jardin contenant plus d’une centaine de cyprès et 22 oliviers, créé il y a très peu d’années en commémoration des victimes des attentats du 11 mars 2004 à Madrid.


LE GRAND ÉTANG ET LE MONUMENT DEDIE A ALPHONSE XII​​


Lac et statue d'Alphonse XII - Parc du Retiro 

Le Grand Étang a été construit au début du XVIIe siècle. Il est situé juste au centre du parc, très près du palais de Velázquez (un bâtiment dans lequel ont lieu actuellement les expositions temporaires du musée Reina Sofía). C’est, pour beaucoup, l’un des endroits privilégiés du parc car on peut y louer des barques. Quant à la statue d’Alphonse XII, elle se dresse fièrement au bord de l’étang entourée d’une longue colonnade semi-circulaire.


LA ROSERAIE

Comme son nom l’indique, c’est une zone réservée aux roses. Son élégance et sa structure de jardin classique en font toujours un lieu plein d’attrait, mais c’est en mai et juin qu’il faut la visiter alors que sont en fleurs les 4 000 variétés de rosiers qui la composent.


LA PROMENADE DES STATUES​​

 ​​
La " promenade des statues " - Parc du Retiro

L’un des principaux accès du parc, qui relie la Puerta de España au Grand Étang, est le Paseo de Argentina, connu plus familièrement sous le nom de Paseo de las Estatuas ou « promenade des Statues » en raison du grand nombre de sculptures qui le bordent. Elles représentent toutes des rois d’Espagne.


LA MAISON DES FAUVES

L’un des endroits les plus curieux du Retiro est la maison des fauves. Avant d’être transféré à la Casa de Campo, le zoo de Madrid était situé à cet emplacement et, aujourd’hui encore, il reste des cages qui, autrefois, contenaient des animaux. Isabelle II a même acheté un couple d’éléphants à la ville de Marseille.



Participer à la conversation