VISITES TOURISTIQUES DANS LES CIMETIÈRES DE BARCELONE

Si vous aimez vous plonger dans l’histoire des villes que vous visitez, rien de tel que d’aller faire un tour dans les cimetières. A Barcelone, en plus de l’histoire qu’ils renferment, certains caveaux et panthéons sont de véritables œuvres d’art. Envie de vous imbiber d’une architecture moins connue ? Réservez dès maintenant votre billet de train Renfe-SNCF en Coopération et découvrez les mystères de ces endroits « éternels ».




Le cimetière de Poblenou

Inauguré en 1775, il s’agit du plus ancien cimetière de Barcelone. Il s’agissait alors de trouver une solution aux problèmes d’insalubrité que vivait la ville fortifiée, où les corps étaient enterrés dans des fosses communes au pied des églises, que l’on réouvrait à chaque nouvel enterrement. Cela provoqué d’innombrables épidémies, à tel point que l’évêque Josep Climent fut l’instigateur de la construction d’un nouveau cimetière hors de la ville. Cependant, le cimetière de Poblenou, à l’époque situé à plusieurs kilomètres de la ville, n’eut aucun succès. En effet, les personnes qui s’y rendaient se faisaient attaquer par voleurs et animaux durant le long trajet qu’ils effectuaient à pied. Ce cimetière fut entièrement détruit en 1808 par les troupes de Napoléon, puis à nouveau reconstruit par Antonio Ginesi en 1813, suivant le style néoclassique hérité des Français, qui voulait que les espaces d’enterrement soient égalitaires. Ré-inauguré en 1819, il fut complètement utilisé en 1821, suite à l’épidémie de choléra qui s'abattait sur Barcelone.


Images de le cimetière de Poblenou


Grâce aux panthéons qui y furent construits, on peut y constater l’évolution intellectuelle de l’époque, la place de la religion cédant du terrain à la médecine et à la figure de la mort dans son état pur. Une tombe très connue à ce sujet est « Le Baiser de la Mort », une sculpture en marbre de J. Barba où un squelette ailé embrasse la personne qui vient de mourir. On peut aussi y trouver le fameux « Santet », la tombe d’un jeune homme décédé peut avant ses 20 ans mais qui réaliserait apparemment les vœux des personnes qui le prient.


Le cimetière de Montjuïc

Inauguré en 1883, il occupe pratiquement tout le côté sud de la montagne de Montjuïc et contient plus de 155.000 tombes. Avant d’y entrer, vous pouvez accéder au musée des voitures funèbres, une incroyable collection de 22 véhicules différents qui étaient à l’époque utilisés pour le transport des défunts.
La particularité de ce cimetière est son éclectisme. Conçu par l’architecte municipal Leandre Albareda, il compte de nombreuses sépultures et panthéons d’une grande valeur artistique, et aux styles bien divers : du néoclassique au modernisme, en passant par l’historicisme,... De nombreuses personnalités y sont également enterrées, entre elles l’architecte du cimetière lui-même (à un endroit où la vue sur le port est imprenable), Lluís Domènech i Montaner, Enric Sagnier, Bonaventura Bassegoda i Amigó, Josep Puig i Cadafalch, Josep María Jujol, Josep María Subirachs, Joan Miró, Jacinto Verdaguer, Joan Gamper, etc.


Images de le cimetière de Montjuïc


Tout comme cela est arrivé dans la ville de Barcelone, les familles voulaient montrer au monde leurs richesses respectives, et tout comme ils ont fait construire d’impressionnantes demeures dans le pâté de la discorde (Paseo de Gràcia), la compétitivité s’est transférée au cimetière entre les familles Batlló et Amatller.
S’y trouve aussi le « Fossar de la Pedrera », utilisé comme fosse commune pour 4000 victimes du franquisme. Depuis 1985 s’y trouve la dépouille de Lluís Companys, président de la Generalitat de Catalogne pendant la guerre civile et exécuté par Franco le 15 octobre 1940. Cet espace est également dédié aux victimes de la deuxième guerre mondiale.



Envie de vous éloigner des multitudes et de découvrir un autre type d’architecture, tout aussi impressionnant ? Connectez-vous à Renfe-SNCF en Coopération et venez profiter du calme de ces visites atypiques.


Participer à la conversation